LA SÉCURITÉ DANS LES ENTREPÔTS EST DONC UN ENJEU MAJEUR

Les gestionnaires d’entrepôts et les responsables de la sécurité des sites de production sont confrontés à un double défi : prévenir les dommages causés aux véhicules par des collisions et assurer la sécurité du personnel. Ce défi de taille est le résultat d’une activité sans cesse croissante dans les zones de stockage et de production (liée notamment à l’augmentation des activités du e-commerce) et de l’intensification des interactions entre les véhicules et les piétons. Si vous y ajoutez la pression qui pèse sur l’accroissement de productivité et vous imposez une charge supplémentaire sur les véhicules et le personnel, laquelle accroît considérablement le risque d’accidents.

En 2020, un total de 131 646 déclarations d’accidents du travail ont été enregistrées en Belgique (*). Même s’il représente une baisse de 22 % par rapport à 2019, ce chiffre reste important. Dans le seul secteur de l’entreposage et du transport, 65 % environ des accidents ont entraîné une indisponibilité temporaire ou permanente du travailleur (**).

Le coût des accidents du travail

Chaque année, les accidents du travail causent de grandes souffrances humaines et financières et coûtent très cher aux entreprises.

Tout accident du travail entraîne des coûts directs et indirects. Les coûts directs sont liés aux règlements judiciaires qui en découlent, aux indemnisations, aux dommages aux bâtiments ou aux véhicules, aux temps d’arrêt, etc. Les coûts indirects sont associés à l’impact sur l’atmosphère de travail et l’image de l’entreprise. Depuis 10 ans, la sécurité des travailleurs et les accidents du travail font l’objet d’une attention et d’une visibilité accrues. La plupart des entreprises ont d’ailleurs porté cette thématique au niveau de leur conseil d’administration afin de s’assurer qu’elle reçoit la considération nécessaire et que toutes les mesures sont prises pour prévenir activement les accidents.

52% des incidents impliquant des chariots élévateurs surviennent pendant le transport

Les incidents liés aux chariots élévateurs représentent, proportionnellement, une part importante des accidents du travail dans les entreprises. Plus de la moitié (52 %) d’entre eux sont liés à des incidents pendant le transport (***) dont un sur quatre entraîne des fractures.

Les accidents les plus fréquents dans l’entrepôt sont les collisions ou le fait d’être heurté par un objet. Le cariste n’est pas le seul à courir un risque : les piétons qui circulent dans l’entrepôt ou sur le site de production sont également exposés à ces risques. Ils sont, en effet, souvent oubliés sur le lieu de travail en raison, par exemple, de l’inattention du cariste ou de la charge du chariot élévateur qui lui cache la vue.

Il est donc d’autant plus important de minimiser autant que possibler le risque de tels accidents en reconsidérant notamment la disposition de l’entrepôt ou de la zone de production. Il convient d’examiner d’abord où et comment les caristes conduisent leur chariot élévateur, comment ils interagissent avec les piétons pour identifier ensuite les zones potentiellement dangereuses.

Déterminer l’environnement de travail optimal et sécurisé

En vue de prévenir les collisions entre les chariots élévateurs et entre les chariots élévateurs et les personnes, Essensium a développé une nouvelle génération de solutions RTLS dans le cadre de son système SafeTrack™ Véhicules et SafeTrack™ Piétons. Quels que soient les risques de sécurité associés aux chariots élévateurs, Essensium peut aider à créer l’environnement de travail optimal et sécurisé tout en veillant à protéger les piétons, les véhicules et les autres actifs de l’entreprise.

Voir nos pages produits pour en apprendre davantage.

  • (*) Source : Fedris.be
  • (**) Source : Fedris.be
  • (***) Source : Injuryfacts